Le métier de l’étudiant est un jeu

Je pense que je pourrais résumer les problèmes qui conditionnent mon approche à ce métier dans une formule simple : j’aime bien m’amuser, je n’aime pas fatiguer. Cela n’est pas top top quand on parle de l’état d’étudiant comme d’un métier. Ce que j’ai appris, c’est qu’il faut rendre les tâches des jeux. Une dissertation est un match qu’il faut gagner, un dossier est comme un hôtel de Monopoli, qu’il faut bâtir après avoir gagné le terrain. Ce n’est pas très sérieux comme approche, mais j’ai déjà inexplicablement obtenu un diplôme de master. Si quelqu’un me demande “vous pensez que c’est un jeu la carrière universitaire?”, je réponds “oui”

Je suis enfin là

Mon compte vit! Bien entendu, j’ai dû attendre qu’on m’y accompagne personnellement, pour qu’une énergie positive contraste mes superpouvoirs.

Le métier d’étudiant est une lutte continuelle contre la désorganisation et le chaos qui émanent de moi même.

La malédiction ou le superpouvoir?

29 septembre

Le métier d’étudiant crée des occasions d’affronter ses propres démons. (Presque) littéralement. Une malédiction pèse sur moi. Je casse tout objet électronique ayant le malheur de tomber dans mes mains. Les ordinateurs refusent de coopérer, les programmes s’ouvrent et se ferment sans input de ma part, les téléphones buggent sans répit. Je ne peux pas casser internet dans sa totalité, mais il ne marche pas quand je suis là. Je dors à côté de la box et je n’ai JAMAIS de connexion. Au cours de ma vie d’étudiante j’ai détesté cette malédiction, mais j’ai enfin accepté que c’est un superpouvoir. Dans la dimension électronique, je suis un agent de la mort. L’appareil qui arrive à moi arrive à la fin de ses jours ; j’ai arrêté de m’énerver et j’ai commencé à les accompagner paisiblement vers l’au-delà. Cependant, cela ne facilite pas l’existence d’une étudiante : ce site ne me laisse pas me connecter depuis deux semaines, je ne sais pas si je pourrai jamais publier…