Semaine 6 : Le futur

Je suis actuellement en CDD dans mon métier puisque, être étudiant, ce n’est pas à vie, c’est un passage entre l’enseignement secondaire et la vie active. Le métier d’étudiant nous permet d’avoir quelques orteils de pied dans la vie active mais pour la plupart des étudiants, cela semble bien loin.

Trouver un emploi stable est pourtant toujours dans un coin de notre tête puisque, surtout en master, nous nous formons à un métier ou du moins dans un domaine très particulier. Nous sommes donc constamment confrontés à notre futur métier, si loin et pourtant si proche.

Tout ceci pour dire qu’actuellement, je ne pense qu’à mon futur et loupe peut être le présent.

Métier d’étudiant: auto-observation n°5

Le quotidien d’un étudiant est rempli de nouvelles rencontres, hasardeuses, parfois brèves. Quelques phrases échangées à la machine à café avec des étudiants de licence, une conversation sans lendemain avec une BTS au coin fumeur, et puis de nouveaux amis aussi. Etre étudiant, c’est pouvoir rencontrer des personnes de manière spontanée, incongrue parfois, se lier avec d’autres gens, avoir des relations authentiques. C’est beaucoup plus facile quand on est étudiant que quand on est salarié, le travail salarié modifiant de facto les relations humaines!

Semaine 5-auto-observation

Le métier d’étudiant, c’est de respecter l’emploi du temps qu’il s’est fixé. Cet emploi du temps est rempli de “Devoir à rendre avant…” et d’autres choses comme “pick up colis” et “aller au ciné avec…” . J’ai suivi mon emploi du temps pour que ma vie soit organisée. Il me dit où je dois être et ce que je dois faire à quel moment de la journée. J’espère qu’aucune catastrophe grave ne se produira si je le respecte.

Semaine 5 : L’entraide

Contrairement à toute autre métier, les étudiants partagent une camaraderie qui les dépassent. L’entraide entre les étudiants peut prendre différentes formes : participer aux forums d’aide, parrainer des primo-entrants, participer aux salons étudiants ou même juste répondre à la question d’un étudiant en PACES à la cafétéria. Cette fraternité me réchauffe le coeur depuis toujours, être étudiant en France, c’est faire partie d’une famille de près de 2,8 millions d’adelphes.

Métier d’étudiant / auto-observation n°4

Être étudiant c’est aussi, comme n’importe quel autre métier, faire face aux aléas de la vie. Des aléas particulièrement lourds et sombres. C’est donc passer toute cette semaine dans un épais brouillard avant de pouvoir enfin se reposer ce weekend et prendre un nouveau souffle. C’est l’heure de recommencer une semaine dans le sourire et la bonne humeur !

Semaine 4 : Le doute

Comme tout métier, celui d’étudiant est empli de doutes. Suis-je dans la bonne fac ? La bonne filière ? Ai-je pris les bons cours ? Sans oublier, mais où sont les toilettes encore ??

Tout le monde passe plus ou moins par cette étape mais ce flou constant est très désagréable et assez tabou d’après moi. Je pense encore un peu au «Regardez bien votre voisin de droite, regardez bien votre voisin de gauche, à la fin de l’année il n’en restera qu’un.»

Qui sait réellement si sa place est en première année de master didactique des langues, français langue étrangère, français langue seconde et interculturalité à l’université de Paris ?

Semaine 4-auto-observation

Etre étudiant c’est réaliser des acrobaties tous les matins : se lever à 8h et être déjà dans le bus à 8h15. Ensuite, après être arrivée à la station de métro la plus proche de l’université(Saint-Germain des prés de ligne 4), marcher de la station de métro à ma salle de classe en moins d’une minute. Puis arriver en classe en transpirant avec la ferme conviction que je pourrais très certainement devenir championne de marathon pour les Jeux olympiques de 2024.

Le métier de l’étudiant est un jeu

Je pense que je pourrais résumer les problèmes qui conditionnent mon approche à ce métier dans une formule simple : j’aime bien m’amuser, je n’aime pas fatiguer. Cela n’est pas top top quand on parle de l’état d’étudiant comme d’un métier. Ce que j’ai appris, c’est qu’il faut rendre les tâches des jeux. Une dissertation est un match qu’il faut gagner, un dossier est comme un hôtel de Monopoli, qu’il faut bâtir après avoir gagné le terrain. Ce n’est pas très sérieux comme approche, mais j’ai déjà inexplicablement obtenu un diplôme de master. Si quelqu’un me demande “vous pensez que c’est un jeu la carrière universitaire?”, je réponds “oui”

Je suis enfin là

Mon compte vit! Bien entendu, j’ai dû attendre qu’on m’y accompagne personnellement, pour qu’une énergie positive contraste mes superpouvoirs.

Le métier d’étudiant est une lutte continuelle contre la désorganisation et le chaos qui émanent de moi même.

La malédiction ou le superpouvoir?

29 septembre

Le métier d’étudiant crée des occasions d’affronter ses propres démons. (Presque) littéralement. Une malédiction pèse sur moi. Je casse tout objet électronique ayant le malheur de tomber dans mes mains. Les ordinateurs refusent de coopérer, les programmes s’ouvrent et se ferment sans input de ma part, les téléphones buggent sans répit. Je ne peux pas casser internet dans sa totalité, mais il ne marche pas quand je suis là. Je dors à côté de la box et je n’ai JAMAIS de connexion. Au cours de ma vie d’étudiante j’ai détesté cette malédiction, mais j’ai enfin accepté que c’est un superpouvoir. Dans la dimension électronique, je suis un agent de la mort. L’appareil qui arrive à moi arrive à la fin de ses jours ; j’ai arrêté de m’énerver et j’ai commencé à les accompagner paisiblement vers l’au-delà. Cependant, cela ne facilite pas l’existence d’une étudiante : ce site ne me laisse pas me connecter depuis deux semaines, je ne sais pas si je pourrai jamais publier…

Quelques commentaires (2)

louisecaroline2021
Être étudiant, c’est s’autoriser un petit moment de plaisir le soir après les révisions en regardant une série coréenne » Squid Game », se promettre de ne regarder que 2 épisodes, pour qu’au final, finir la série entière en une nuit et faire nuit blanche, tandis qu’on doit se réveiller à 7h pour aller à l’université le lendemain.

Être étudiant, c’est profiter de la jeunesse, du temps libre, se faire beaucoup d’amis, grandir dans un environnement entouré, puis de s’ouvrir nous même un chemin vers l’avenir que nous avions choisi.

Estelle

Être étudiant, c’est réviser un dimanche sous sa couette avec son chat.


Axelle

Le métier d’étudiant, c’est de pouvoir se plaindre de « petits problèmes » pénibles dans un environnement relativement confortable. Avant d’écrire cette commentaire, j’ai regardé par hasard une vidéo sur l’état de la pauvreté dans le monde : dans plusieurs pays, de nombreux enfants et parents souffrent encore de la faim, et dans certains pays, le droit des femmes à l’éducation n’est pas encore pleinement garanti(et cela représente une situation inquiétantes). Je suppose donc que, même si je me plains souvent de toutes les petites choses de ma vie universitaire, je peux au moins apprendre ce que j’aime (et aussi ce qui me permettra de trouver sans doute un travail que j’aime) dans un environnement relativement confortable. J’ai de la chance et je devrais m’en contenter.

charlotte2021

être étudiante, c’est s’épanouir dans son travail, et parfois se surmener par manque d’organisation. Mais au final, ça en vaut le coup, alors on relativise vite et on change ses mauvaises habitudes.

charlotte2021

être étudiante, c’est porter plusieurs casquettes en même temps: celle d’élève, celle d’auto-entrepreneur, d’amie, de fille ou petite-fille et tant d’autres encore. C’est aussi vouloir gérer tous ses problèmes sans que ses parents le sachent pour ne pas les inquiéter.

charlotte2021

Être étudiante, c’est profiter de son temps libre, déambuler dans les librairies, aller à des expositions, voir ses amis, apprendre des autres et aussi réaliser que certaines choses ne vont pas toujours dans le sens qu’on espérait qu’elles prendraient.


lea2021
Etre étudiant c’est devoir faire un choix sur les disciplines à étudier, y mettre tout son temps, pour tout de même se demander à la fin, si on a choisi le bon parcours. L’herbe semble toujours plus verte dans toutes les autres filières.

lea2021

Etre étudiant c’est passer plus de temps à faire des choix de lecture dans les bibliographies des cours que de temps à lire l’article en question.

estelle2021

Être étudiant c’est douter, stresser, cumuler les petits jobs, se battre avec l’administration de la fac, peu dormir mais c’est aussi faire de belles rencontres, rigoler, partager de bons moments et s’enrichir intellectuellement.

louisecaroline2021
Être étudiant, c’est savoir organiser son temps entre les activités intra-scolaires, extra-scolaires, les devoirs, le travail, et de s’occuper de son chat qui manque d’affection ( parce que son propriétaire est tout le temps occupé à aller à l’université pour apprendre autant de connaissances que les variétés de » fruits » ).

louisecaroline2021
Être étudiant, c’est de se lever très tôt le matin, et prendre les transports durant les heures de pointe ( 9h ou 17h ) pendant une heure. Se plaindre de la fatigue en journée, et déborder d’énergie le soir à 2h du matin.

shiyun2021
Un métier d’étudiants c’est de savoir bien gérer sa vie avant de commencer à travailler. Après une journée de cours qui commence de 8h et qui se termine à 19h, il fait encore rentrer chez soi,faire des courses, faire la cuisine,dîner, répondre aux mails/massage reçus pendant la journée(par exemple les courriels liés à la demande d’un titre de séjour pour les étudiants étrangers)…Et puis enfin, commence à écrire le devoir que j’ai du déjà fait il y a deux semaine à 23h30.

shiyun2021
Le métier de l’étudiant est de savoir comment organiser son travail d’étude, ou au moins de savoir quels sont les devoirs à faire pour chaque cours.

Léa Joaquim
Etre étudiant c’est prévoir des plannings de travail très détaillés pour au final finir sur Netflix et se rendre compte à 22h qu’on a fait aucune des tâches prévues dans le planning.

charlotte2021
Être étudiant, c’est devoir gérer les cours, le travail à effectuer à côté, ainsi que de devoir gérer sa nouvelle vie d’adulte; changement de ville et donc adaptation à un nouvel environnement, gestion d’un budget serré parce qu’on ne reçoit pas encore les allocations pour l’aide au logement, et c’est donc se priver de certains besoins naturels et primaires. C’est devoir gérer différents stress sans inquiéter ses parents, ses amis, ses camarades. Être étudiant, c’est basculer entre l’adolescence et la vie d’adulte, sans jamais être dans une seule case stable.

angela2021
Être étudiant, c’est s’inscrire au Buddy System de l’université pour pouvoir rencontrer avec des étudiants étrangers et créer un échange, les étudiants de Paris montrent la ville et le système étudiant parisien aux étudiants étrangers, qui eux, parlent avec les étudiants parisiens en anglais ou autre pour que ces derniers puissent pratiquer la langue voulue. Mais ce n’est pas toujours réussi et même si on s’inscrit en voulant pratiquer le chinois ou l’allemand, on peut tomber sur une étudiante hongroise… L’important reste l’aide que l’on pourra lui apporter !

estelle2021
Être étudiant, c’est attendre 25 minutes que le seul micro-ondes de la fac soit libre, ne pas avoir de place pour déjeuner, finir dans les escaliers, et n’avoir plus que 10 minutes pour manger, faire pipi et fumer une clope !

lea2021
Être étudiant c’est s’entêter à prévoir une sortie entre amis et des révisions le même jour alors qu’on a plus l’énergie de faire les deux. 🙁

angela2021
Le métier d’étudiant c’est devoir travailler en dehors des heures prévues et devoir poster des commentaires sur ce qu’est le métier d’étudiant sur Hypotheses.