Semaine 9 : Les stages ou la main d’oeuvre gratuite

“En dessous de deux mois de stage, l’employeur n’est légalement pas tenu de rémunérer un stagiaire.” nous dit-on.

Imaginez, après des années de formation payante, être obligé de faire un stage puisque demandé par sa formation. Sauf que puisqu’il n’existe pas de valorisation ni de soutien pour les entreprises qui forment et rémunèrent les stagiaires, les formations se retrouvent obligées de demander à ce que les étudiants fassent moins de deux mois de stage s’ils veulent espérer en trouver un dans ce marché bouché. Nous nous retrouvons donc à candidater partout en priant pour trouver quelque chose plus ou moins dans notre domaine, les enseignants ont beau faire jouer leurs contacts, ceux-ci s’épuisent avec les années. Nous sommes démunis face à ce marché qui ne devrait même pas exister.

Etre formateur devrait être récompensé et encouragé par l’Etat au lieu d’être vu comme une faveur pour le fils de la soeur de la mère d’un collègue du service deux étages plus haut.

Interview Angela Laverny

Interview de Daïana et Angela

Introduction

Daïana est une élève en M1 DDL FLE qui ne prend pas l’option FOU, elle vient d’Argentine pour finir ses études en France mais elle a déjà beaucoup d’expérience en tant que professeur de FLE à l’étranger. Je l’ai choisi pour qu’elle me fasse part des difficultés qu’elle a pu rencontrer depuis son arrivée en France. Vous trouverez plus bas la transcription de l’audio, suivie d’un résumé des difficultés.

Transcription :

Moi (Angela) : 

Bonjour Daïana, alors est-ce que tu pourrais me parler des principaux défis que tu as pu rencontré en étudiant en France ? Donc ça peut concerner les cours, les transports, le logement, enfin un peu tout ce que tu as vécu comme un défi… 

Daïana :

La première chose [difficile], je pense, en étant une étrangère, c’est de postuler à un master ou une formation à l’université. Parce que c’est un peu compliqué d’abord de comprendre le fonctionnement du système et, si en fait au début par exemple, en comparant mes diplômes et tout ça je ne savais pas si je devais postuler au master 2 ou au master 1 et bon voilà il faut chercher chercher donc pour trouver la brochure par exemple comparer tous les cours avec les matières que j’avais eu et tout ça . Mais comprendre le système, pour moi, ça a été un peu difficile.

Je sais que la plupart des  étudiants étrangers ont des problèmes avec la langue parce que bien sûr si tu n’as pas eu une formation, je dirais, pertinente, en français ; bien sûr que ce sera difficile au début avec la langue de faire des études universitaires dans une langue étrangère. Déjà ça c’est quand même tout un défi je dirais, puis après je dirais par rapport au logement oui ça c’était le plus difficile.

Ça a été difficile de trouver un logement à Paris, parce que spécialement à Paris c’est déjà très difficile de trouver. J’ai passé un mois à chercher entre les arnaques et les appartements de 12 m² je ne trouvais rien et heureusement après il y a la cité universitaire donc qui m’a acceptée alors j’ai eu de la chance. Mais sinon, trouver un logement c’est très difficile parce que déjà le site du CROUS par exemple pour les étudiants étrangers, à mon avis, c’est difficile à comprendre, c’est très difficile d’entrer dans le système déjà et ça par rapport au logement.

Sinon après, les cours oui avec les cours ça va, mais l’organisation administrative de notre université en particulier était un peu je dirais un peu compliquée aussi, parce que y avait pas de secrétariat du coup avant de commencer les cours on savait même pas les salles on nous avait rien dit ; et après pour transmettre le dossier avec les documents et par exemple appeler les numéros si tu avais un problème ou quelque chose comme ça c’était impossible ; et ça m’a fait beaucoup de stress ça, ça m’a provoqué beaucoup beaucoup de stress l’action administrative dans l’université parce que justement il n’y avait pas de secrétariat et voilà. L’administration française est quand même assez je dirais, assez lourde et du coup voilà il fallait présenter un tas de choses mais tu savais pas à qui, ou à qui demander tel ou tel document, si c’est bien, si c’est mal… Moi j’avais pas reçu ma carte étudiante, j’arrivais pas à payer la formation et j’étais bloquée à ce point-là et il y avait personne pour me répondre et j’ai dû me débrouiller toute seule mais ça ça a été aussi une question très très très difficile.

Et bon ça c’est évident que avec la COVID et toutes les mesures des différents pays pour les étudiants étrangers ça a été difficile aussi de venir en France, d’avoir  le carnet de vaccination, de le faire valider, et après, pour toutes les démarches en ce qui concerne  les tests et le carnet de vaccination et tout ça.

Et oui le transport par exemple moi je vais en vélo, j’utilise le vélo mais en hiver c’est pas possible, il fait beaucoup trop froid et alors les transports c’est extrêmement cher parce que moi je suis une étudiante qui a plus de de 26 ans du coup moi ça me coûte hyper cher les transports. Je sais pas pourquoi ils ont établi cette marge d’ étudiants jusqu’à 25 26 ans je sais pas quoi mais bon ça m’a pas arrangée du tout ça, ce serait par rapport aux difficultés que j’ai trouvé ici à Paris.

Moi : 

Okay, merci beaucoup Daïana pour ta participation !

Résumé des difficultés rencontrées :

-Daïana a eu du mal à comprendre le système pour s’inscrire à une formation, par exemple, elle ne savait pas si elle devait s’inscrire en M1 ou en M2 en fonction des diplômes qu’elle avait déjà et son expérience, il était difficile pour elle de faire le parallèle entre les cours qu’elle avait déjà suivi et ceux proposés par le master.

-Pour elle, au vu de sa formation, la langue n’a pas été un trop gros obstacle mais elle imagine que pour les étudiants pour qui ça n’est pas le cas (qui n’ont pas suivi une formation adéquate), la langue est une barrière importante.

-Il est globalement difficile de trouver un logement sur Paris, mais en plus, en tant qu’étudiant étranger il faut savoir faire les démarches, discerner les arnaques des bonnes offres et savoir utiliser le site du CROUS qui est assez difficile à comprendre selon Daïana.

-Daïana n’a pas rencontré trop de difficultés au niveau des cours, en revanche, elle a souffert de la mauvaise organisation administrative de notre université et de l’absence de secrétariat pour notre master en début d’année. Elle a notamment rencontré des soucis pour s’inscrire, cela lui a généré beaucoup de stress. Pour elle, l’administration française est en général est quelque chose d’assez difficile, surtout pour les étudiants étrangers, car beaucoup de documents sont demandés et il est difficle de savoir où s’orienter. 

-Daïana précise un défi  supplémentaire lié au Covid, il est difficile pour les étudiants étrangers de venir en France, il faut présenter un schéma vaccinal complet et affronter de nouveaux cauchemars administratifs.

-Finalement, le dernier défi pour Daïana concerne les transports, elle se déplace habituellement à vélo, mais en hiver c’est impossible à cause du froid. Seulement, les transports sont beaucoup trop chers pour elle, et elle ne comprend pas pourquoi les tarifs étudiants ne sont plus appliqués au-delà de 26 ans.

Métier d’étudiant : auto-observation 1 et 2

Comme je les avais postées en commentaires je remets mes deux premières observations sous forme d’article :

1 : Le métier d’étudiant c’est devoir travailler en dehors des heures prévues et devoir poster des commentaires sur ce qu’est le métier d’étudiant sur Hypotheses.

2 : Être étudiant, c’est s’inscrire au Buddy System de l’université pour pouvoir rencontrer avec des étudiants étrangers et créer un échange, les étudiants de Paris montrent la ville et le système étudiant parisien aux étudiants étrangers, qui eux, parlent avec les étudiants parisiens en anglais ou autre pour que ces derniers puissent pratiquer la langue voulue. Mais ce n’est pas toujours réussi et même si on s’inscrit en voulant pratiquer le chinois ou l’allemand, on peut tomber sur une étudiante hongroise… L’important reste l’aide que l’on pourra lui apporter !

Métier d’étudiant : auto-observation 9

Être étudiant c’est beaucoup d’organisation de temps mais aussi organiser ses émotions et savoir les contrôle/les mettre de côté au bon moment. Il faut savoir prendre de la distance entre les remarques faites sur son travail et soi-même et ne pas prendre personnellement un échec.
Il faut savoir s’accrocher à ses objectifs même si cela signifie enchaîner les échecs, tant qu’on se relève et qu’on avance vers son objectif. Même si on dit que le voyage est plus important que la destination, ce n’est pas toujours le cas. Même si on apprend de ses erreurs, savoir où on va est essentiel pour avancer.

Semaine 8-auto-observation

Le métier des étudiants consiste à trouver un équilibre entre l’attente de Noël et la préparation des examens. Le marché de Noël a récemment été ouvert dans le jardin des Tuileries, qui se trouve justement à l’autre côté de la Seine, à moins d’un kilomètre de l’université. Il m’attire beaucoup. Mais quand je suis sorti de la fac ce soir , je me suis dit “rentre chez toi directement, t’auras un examen de grammaire demain matin”.

Quelques commentaires (3)

estelle2021
Être étudiant c’est à la fois paniquer à l’idée des examens de décembre et se réjouir de l’ambiance de Noël qui arrive.

lea2021
Etre étudiant c’est se réveiller en sursaut la nuit en pensant qu’on a oublié de rendre un devoir.

charlotte2021
Semaine 7:
Etre étudiant, c’est avoir cette soif de savoir, c’est vouloir être comme une éponge, et absorber toutes les connaissances d’un domaine qui nous intéresse.

charlotte2021
Semaine 6:
Etre étudiant, c’est traverser des crises existentielles aux moments les moins attendus, et se dire qu’il faut rester motivé et concentré pour plus tard pouvoir vivre une bonne vie, dans le confort et la paix. Mais est-ce nécessaire de se torturer pendant plusieurs années afin d’atteindre un objectif que nous ne sommes même pas sûrs de vouloir atteindre réellement?

charlotte2021
Semaine 5:
Etre étudiant, c’est se demander si on est au bon endroit au bon moment; ne devrais-je pas être en train de profiter de ma jeunesse, de ma vie, et de la beauté du monde au lieu de rester cloîtrée à la fac ou à la maison, uniquement pour répondre à la demande et aux règles dictées par la société?

yi2021
Etre étudiant, c’est bien mémoriser toutes les dates pour remettre les devoirs différents et faire un plan pour tout organiser.

yi2021
Etre étudiant, c’est ne pas gaspiller le temps surtout quand on n’a que deux jours de cours (lundi et mardi), entre les vacances de Toussaint et l’armistice du 11 novembre. Ne jamais rester chez soi sans rien faire.

lea2021
Etre étudiant c’est pouvoir bénéficier des réductions étudiantes en espérant que ça compense la complexité du statut

lea2021
être étudiant c’est hésiter entre son bien être mental et l’obsession de la réussite par validation d’autrui

louisecaroline2021
Semaine 8 : Être étudiant, c’est être très content au début des vacances et déprimer à la fin des vacances.

louisecaroline2021

Semaine 7 : Être étudiant, c’est profiter de la jeunesse avant d’entrer dans le monde adulte ( responsabilité, travail, famille, … ).


estelle2021
Être étudiant c’est avoir une semaine de vacances universitaire mais aller au travailler tous les jours et devoir faire ses devoirs.

louisecaroline2021
Semaine 6 : Être étudiant, c’est respecter les restrictions sanitaires à l’école, porter son masque, garder une distance,… tant que l’épidémie n’est pas finie.

louisecaroline2021
Semaine 5 : Être étudiant, c’est passer 1 mois à préparer un exposé, en s’entraînant pendant des heures à l’oral, et le jour J, parler seulement pendant 10 minutes.

estelle2021
Être étudiant demande de l’organisation, il faut rendre à temps les devoirs, réussir à trouver des disponibilités pour travailler en groupe pour les exposés, caler son job étudiant sur son planning universitaire, se débrouiller pour avoir du temps pour ses proches et parfois sacrifier du sommeil.

yi2021
Etre étudiante, c’est chercher des vidéos sur YouTube pour trouver des idées pour une présentation, mais finir par s’asseoir devant l’ordinateur pendant deux heures en regardant des talk-show et oublier tout ce que l’on doit faire.

yi2021
Etre étudiante, c’est renoncer à son petit-déjeuner pour dormir quelques minutes de plus, rencontrer une panne de métro ou être poussée dans le métro par la foule, se tromper de salle de classe et se retrouver face à une salle pleine de visages inconnus, commencer les cours de la journée dans un état d’épuisement…

Semaine 8 : La politique étudiante

Aujourd’hui des parlements étudiants émergent, des élections étudiantes à l’échelle du pays s’organisent et, en bons français, nous faisons aussi grève depuis… le 13ème siècle.

Le métier d’étudiant implique donc de se tenir informé des actualités mais aussi de voter pour élire nos représentants. En arrivant à l’université et même tout au cours de nos études, il faut prendre le temps de découvrir et comprendre ce nouveau monde.

Nous pouvons dire que la politique a un microcosme chez les étudiants.

Auto-observation

Le métier étudiant, c’est encore et toujours des problèmes de technologie. Quand on a pas le dernier ordinateur et le dernier téléphone, on est toujours en galère.

On en demande encore et toujours plus en lien avec la technologie aux étudiant.e.s, mais on fait quoi quand on a pas le matériel adapté? Il faut faire des enregistrements, mais quand on a un vieux téléphone, on entend un mot sur deux, et pour l’envoyer à qui que ce soit ou l’uploader sur une plate-forme quelconque, il faut 2 ans. Le téléphone doit devenir multi usages, il doit être microphone, scanner, lecteur de PDF. Il faut être capable de s’enregistrer soi-même, de faire des interviews, de faire des vidéos et de les partager sur son ordinateur. Il faut avoir internet en permanence. Mais ça, sans la technologie adaptée….

Auto-observation

Le métier d’étudiant, c’est plein de surprises, et ne jamais s’ennuyer!

Devoir partir à la découverte de nouveaux endroits pour une présentation. Avoir l’opportunité de devenir tutrice pour des étudiante.e.s étranger.ères. Rencontrer de nouvelles personnes tous les jours. Faire des travaux de groupe avec des personnes qu’on ne connaît pas du tout. Suivre des matières d’autres filières. Aller en soirée étudiante. Se plaindre de tout et de rien et rire avec des inconnu.e.s dans les couloirs. Chercher un stage à l’étranger, faire des projets, participer à la vie politique avec d’autres étudiant.e.s, profiter de la fac pour faire du sport et des réductions étudiantes pour avoir accès à plein de nouveaux endroits qui seraient hors budget sinon.

Le métier d’étudiant nous pousse à nous dépasser, à partir à la découverte de nous-mêmes et des autres, à êtres sociables et solidaires. Et si le métier d’étudiant est aussi rempli, c’est parce qu’il n’est que temporaire: à peine quelques années dans une vie, qui passent très très vite.

Métier d’étudiant : auto observation 8

Le métier d’étudiant est une bonne préparation à son futur métier, l’école nous forme dans un domaine mais également pour la vie.

Il faut apprendre à gérer son stress, à s’organiser, à se responsabiliser, apprendre l’assiduité et la ponctualité , apprendre à faire des présentations, à rendre un travail à une autorité supérieure, faire face à une autorité supérieure etc. A la fin de son Master, normalement on est prêt à affronter tous les défis de la vie professionnelle grâce à tous ceux que l’on a traversé pendant nos années d’études.

Semaine 7 : Les étudiants vs l’administration

Comme toute administration française que se respecte, l’administration dans les universités est déploirable. Le métier d’étudiant aurait besoin d’une administration fonctionnelle et compétente pour ne pas avoir à se battre sur cette partie là de sa vie.

Hélas, en l’absence d’un secrétariat depuis le début du semestre et ce jusqu’au début du mois de novembre, avec de brefs mails des directeur.ices et tuteur.ices de formation et de stage, l’année s’annonce compliquée… Bienvenue en semaine huit sur douze où les choses commencent enfin à se mettre en place.

Semaine 7-auto-observation

Le métier d’étudiant est d’acquérir des compétences professionnelles. Par exemple, en tant qu’étudiants en DDL, nous devons apprendre à donner des cours et à devenir des enseignants. Cela fait quatre ans que j’apprends le français et j’ai suivi des centaines d’heures de cours de français. Mais ce n’est qu’aujourd’hui que je me rends compte qu’enseigner une langue est complètement différent de suivre un cours de langue étrangère en tant qu’étudiant. Eh bien, après avoir écrit ce commentaire, je vais continuer me préparer pour mon stage qui aura lieu la semaine prochaine.