Thuy-Nga LE, métier d’étudiant, semaine 3

Je devrais dire : étudiante, année du CoVid-19, jour J du couvre-feu (je n’en ai pas connu depuis mes 15 ans à Saigon …). Les cours par zoom, les échanges d’info avec le groupe via Facebook, What’sApp, le moodle, moi qui viens du 20e siècle, même dans les pires fictions (on dit “dystopie” maintenant …) on ne pouvait imaginer ce qu’un étudiant peut vivre aujourd’hui. Mais peut être que le métier d’étudiant d’aujourd’hui est vraiment organisé comme ça ? En même temps j’ai l’impression que toutes ces nouvelles technologies me font gagner beaucoup de temps. Et ne pas se fatiguer dans les transports, c’est peut être bien aussi ? Allez, il faut positiver !

Le métier d’étudiant

Être étudiant, c’est apprendre à identifier ce qui est attendu de nous. On doit apprendre à identifier ce qui est nécessaire, important, pour répondre aux attentes des institutions, et cela peut être difficile car ce qui est important dans la vie d’un nouvel étudiant ne l’est peut-être pas aux yeux d’une université ou d’un enseignant.

Auto-observation du métier d’étudiant

Cette semaine j’ai appris que dans le métier d’étudiant bien s’entendre avec ses camarades et professeurs est très important. Ainsi une bonne entente entre camarade permet d’obtenir de l’aide si nécessaire, d’aider à son tours et surtout d’avoir des gens avec qui discuter pour rendre les journées plus divertissantes. Une bonne entente avec un professeur permet un apprentissage beaucoup moins solitaire, plus serein, ponctué de bons conseils et de petites blagues le matin (même par zoom)

contribution master fou

05/10 Judith Schamelhout

Le rythme universitaire est dur à reprendre à mon goût, notamment avec les cours asynchrones ou en distanciel. Je dois batailler avec l’administration centrale pour ne pas avoir à payer 300 euros d’inscription en plus du coût initial du DU que j’ai commencé l’année dernière alors qu’il s’agit toujours de l’université de Paris et que j’y suis déjà inscrite.

Métier d’étudiant – auto-observation

Être étudiant, en cette période particulière, c’est aussi devoir s’habituer à la solitude, autant d’un point de vue scolaire – puisqu’on est seul face à nos cours au lieu d’être au sein d’une salle de classe – que d’un point de vue relationnel et interpersonnel – l’enseignement à distance, c’est aussi des possibilités d’échanges / de rencontres limitées avec nos camarades.