Auto-observation

Le métier étudiant, c’est encore et toujours des problèmes de technologie. Quand on a pas le dernier ordinateur et le dernier téléphone, on est toujours en galère.

On en demande encore et toujours plus en lien avec la technologie aux étudiant.e.s, mais on fait quoi quand on a pas le matériel adapté? Il faut faire des enregistrements, mais quand on a un vieux téléphone, on entend un mot sur deux, et pour l’envoyer à qui que ce soit ou l’uploader sur une plate-forme quelconque, il faut 2 ans. Le téléphone doit devenir multi usages, il doit être microphone, scanner, lecteur de PDF. Il faut être capable de s’enregistrer soi-même, de faire des interviews, de faire des vidéos et de les partager sur son ordinateur. Il faut avoir internet en permanence. Mais ça, sans la technologie adaptée….

Auto-observation

Le métier d’étudiant, c’est plein de surprises, et ne jamais s’ennuyer!

Devoir partir à la découverte de nouveaux endroits pour une présentation. Avoir l’opportunité de devenir tutrice pour des étudiante.e.s étranger.ères. Rencontrer de nouvelles personnes tous les jours. Faire des travaux de groupe avec des personnes qu’on ne connaît pas du tout. Suivre des matières d’autres filières. Aller en soirée étudiante. Se plaindre de tout et de rien et rire avec des inconnu.e.s dans les couloirs. Chercher un stage à l’étranger, faire des projets, participer à la vie politique avec d’autres étudiant.e.s, profiter de la fac pour faire du sport et des réductions étudiantes pour avoir accès à plein de nouveaux endroits qui seraient hors budget sinon.

Le métier d’étudiant nous pousse à nous dépasser, à partir à la découverte de nous-mêmes et des autres, à êtres sociables et solidaires. Et si le métier d’étudiant est aussi rempli, c’est parce qu’il n’est que temporaire: à peine quelques années dans une vie, qui passent très très vite.

Métier d’étudiant: auto-observation n°5

Le quotidien d’un étudiant est rempli de nouvelles rencontres, hasardeuses, parfois brèves. Quelques phrases échangées à la machine à café avec des étudiants de licence, une conversation sans lendemain avec une BTS au coin fumeur, et puis de nouveaux amis aussi. Etre étudiant, c’est pouvoir rencontrer des personnes de manière spontanée, incongrue parfois, se lier avec d’autres gens, avoir des relations authentiques. C’est beaucoup plus facile quand on est étudiant que quand on est salarié, le travail salarié modifiant de facto les relations humaines!

Auto-observation n°2

Comparé à mon quotidien de salariée, le métier d’étudiant, c’est quand même beaucoup plus de libertés. Avoir le droit d’être fatiguée et de venir en cours en pyjama, avoir le temps de prendre un café entre deux cours, pouvoir décider qu’aujourd’hui, on a la flemme de participer, s’assoir au fond de la classe et passer une heure à scroller sur facebook. Avoir le choix de sa filière, avoir le choix de ses options aussi; pouvoir cibler au maximum ses intérêts. Arriver dans des locaux propres, et pouvoir aller aux toilettes tranquillement sans être celle qui doit les nettoyer. Le métier d’étudiant, pour moi, c’est souvent oublier sa chance.

Etre étudiant, c’est toujours espérer savoir s’organiser

Etre étudiant, c’est n’avoir qu’un jour de libre dans la semaine à cause du travail. Se dire “ce jour-là, je serais productive..” et puis se réveiller à 15h à cause de la fatigue de la semaine, avec plein d’appels manqués, parce que entre vie sociale, travail et études, il faut être sacrément doué en organisation. Et puis faire son travail à 1h du matin, en se sentant un peu coupable, et sans être sûre qu’on a publié son article au bon endroit.