Semaine 10 : AAAAAAAAHHH LES PARTIELS

lespartielslespartielslespartielslespartielslespartielslespartielslespartielslespartielslespartielslespartiels

et les dossiers à rendre.

Quel cauchemar.

J’ai hâte que les études se finissent.

Quel calvaire.

Pourquoi ces choses existent ?

Je commence à connaitre le monde du travail, ça n’arrive jamais.

Laissez moi dormir, s’il vous plait.

Semaine 9 : Les stages ou la main d’oeuvre gratuite

“En dessous de deux mois de stage, l’employeur n’est légalement pas tenu de rémunérer un stagiaire.” nous dit-on.

Imaginez, après des années de formation payante, être obligé de faire un stage puisque demandé par sa formation. Sauf que puisqu’il n’existe pas de valorisation ni de soutien pour les entreprises qui forment et rémunèrent les stagiaires, les formations se retrouvent obligées de demander à ce que les étudiants fassent moins de deux mois de stage s’ils veulent espérer en trouver un dans ce marché bouché. Nous nous retrouvons donc à candidater partout en priant pour trouver quelque chose plus ou moins dans notre domaine, les enseignants ont beau faire jouer leurs contacts, ceux-ci s’épuisent avec les années. Nous sommes démunis face à ce marché qui ne devrait même pas exister.

Etre formateur devrait être récompensé et encouragé par l’Etat au lieu d’être vu comme une faveur pour le fils de la soeur de la mère d’un collègue du service deux étages plus haut.

Semaine 8 : La politique étudiante

Aujourd’hui des parlements étudiants émergent, des élections étudiantes à l’échelle du pays s’organisent et, en bons français, nous faisons aussi grève depuis… le 13ème siècle.

Le métier d’étudiant implique donc de se tenir informé des actualités mais aussi de voter pour élire nos représentants. En arrivant à l’université et même tout au cours de nos études, il faut prendre le temps de découvrir et comprendre ce nouveau monde.

Nous pouvons dire que la politique a un microcosme chez les étudiants.

Semaine 7 : Les étudiants vs l’administration

Comme toute administration française que se respecte, l’administration dans les universités est déploirable. Le métier d’étudiant aurait besoin d’une administration fonctionnelle et compétente pour ne pas avoir à se battre sur cette partie là de sa vie.

Hélas, en l’absence d’un secrétariat depuis le début du semestre et ce jusqu’au début du mois de novembre, avec de brefs mails des directeur.ices et tuteur.ices de formation et de stage, l’année s’annonce compliquée… Bienvenue en semaine huit sur douze où les choses commencent enfin à se mettre en place.

Semaine 6 : Le futur

Je suis actuellement en CDD dans mon métier puisque, être étudiant, ce n’est pas à vie, c’est un passage entre l’enseignement secondaire et la vie active. Le métier d’étudiant nous permet d’avoir quelques orteils de pied dans la vie active mais pour la plupart des étudiants, cela semble bien loin.

Trouver un emploi stable est pourtant toujours dans un coin de notre tête puisque, surtout en master, nous nous formons à un métier ou du moins dans un domaine très particulier. Nous sommes donc constamment confrontés à notre futur métier, si loin et pourtant si proche.

Tout ceci pour dire qu’actuellement, je ne pense qu’à mon futur et loupe peut être le présent.

Semaine 5 : L’entraide

Contrairement à toute autre métier, les étudiants partagent une camaraderie qui les dépassent. L’entraide entre les étudiants peut prendre différentes formes : participer aux forums d’aide, parrainer des primo-entrants, participer aux salons étudiants ou même juste répondre à la question d’un étudiant en PACES à la cafétéria. Cette fraternité me réchauffe le coeur depuis toujours, être étudiant en France, c’est faire partie d’une famille de près de 2,8 millions d’adelphes.

Semaine 4 : Le doute

Comme tout métier, celui d’étudiant est empli de doutes. Suis-je dans la bonne fac ? La bonne filière ? Ai-je pris les bons cours ? Sans oublier, mais où sont les toilettes encore ??

Tout le monde passe plus ou moins par cette étape mais ce flou constant est très désagréable et assez tabou d’après moi. Je pense encore un peu au «Regardez bien votre voisin de droite, regardez bien votre voisin de gauche, à la fin de l’année il n’en restera qu’un.»

Qui sait réellement si sa place est en première année de master didactique des langues, français langue étrangère, français langue seconde et interculturalité à l’université de Paris ?

Semaine 3 : La technologie VS. les étudiants

Avoir un métier qui nous oblige au télétravail, c’est avoir pour quasi-obligation de posséder un ordinateur performant et un smartphone afin d’avoir accès à l’emploi du temps des salles, qui, comme dans Harry Potter, se déplacent de semaine en semaine.

La technologie fait aujourd’hui partie du métier d’étudiant, il est attendu de nous que nous soyons capables de s’improviser réparateur, informaticien, programmeur et répéteur de wifi (grâce au vaccin 5G bien sûr). Ainsi, le métier d’étudiant est un métier qui n’est pas rémunéré mais coûte un peu plus cher chaque année pour rester à la pointe, ou au moins pour rester et suivre le cours sur Zoom. Sans compter pouvoir imprimer, relier, avoir le PackOffice entier et la fibre.

Semaine 2 : Un métier qui permet la mutation

Un bon point du métier d’étudiant, c’est le fait de pouvoir voyager dans le cadre de ses études, se faire muter en quelque sorte. Des possibilités d’étudier à l’étranger sont offertes aux étudiants du monde entier. Cette expérience est indescriptible et les enseignants et le personnel administratif de l’université sont des éléments clés dans l’intégration des étudiants.

Semaine 1 : La précarité de l’emploi

Le métier d’étudiant, que ce soit en étant originaire du pays ou non, c’est bien souvent vivre sous le seuil de pauvreté. C’est parfois arriver en cours le ventre vide, se demander si on peut se payer un café à la pause ou encore rentrer chez soi pour ouvrir un frigo vide dans son 9m².

Etre étudiant, c’est parfois ne pas pouvoir avoir le luxe d’exercer ce métier à plein temps. C’est additionner les mi-temps jusqu’à arriver à 35h par jour.