Interview Angela Laverny

Interview de Daïana et Angela

Introduction

Daïana est une élève en M1 DDL FLE qui ne prend pas l’option FOU, elle vient d’Argentine pour finir ses études en France mais elle a déjà beaucoup d’expérience en tant que professeur de FLE à l’étranger. Je l’ai choisi pour qu’elle me fasse part des difficultés qu’elle a pu rencontrer depuis son arrivée en France. Vous trouverez plus bas la transcription de l’audio, suivie d’un résumé des difficultés.

Transcription :

Moi (Angela) : 

Bonjour Daïana, alors est-ce que tu pourrais me parler des principaux défis que tu as pu rencontré en étudiant en France ? Donc ça peut concerner les cours, les transports, le logement, enfin un peu tout ce que tu as vécu comme un défi… 

Daïana :

La première chose [difficile], je pense, en étant une étrangère, c’est de postuler à un master ou une formation à l’université. Parce que c’est un peu compliqué d’abord de comprendre le fonctionnement du système et, si en fait au début par exemple, en comparant mes diplômes et tout ça je ne savais pas si je devais postuler au master 2 ou au master 1 et bon voilà il faut chercher chercher donc pour trouver la brochure par exemple comparer tous les cours avec les matières que j’avais eu et tout ça . Mais comprendre le système, pour moi, ça a été un peu difficile.

Je sais que la plupart des  étudiants étrangers ont des problèmes avec la langue parce que bien sûr si tu n’as pas eu une formation, je dirais, pertinente, en français ; bien sûr que ce sera difficile au début avec la langue de faire des études universitaires dans une langue étrangère. Déjà ça c’est quand même tout un défi je dirais, puis après je dirais par rapport au logement oui ça c’était le plus difficile.

Ça a été difficile de trouver un logement à Paris, parce que spécialement à Paris c’est déjà très difficile de trouver. J’ai passé un mois à chercher entre les arnaques et les appartements de 12 m² je ne trouvais rien et heureusement après il y a la cité universitaire donc qui m’a acceptée alors j’ai eu de la chance. Mais sinon, trouver un logement c’est très difficile parce que déjà le site du CROUS par exemple pour les étudiants étrangers, à mon avis, c’est difficile à comprendre, c’est très difficile d’entrer dans le système déjà et ça par rapport au logement.

Sinon après, les cours oui avec les cours ça va, mais l’organisation administrative de notre université en particulier était un peu je dirais un peu compliquée aussi, parce que y avait pas de secrétariat du coup avant de commencer les cours on savait même pas les salles on nous avait rien dit ; et après pour transmettre le dossier avec les documents et par exemple appeler les numéros si tu avais un problème ou quelque chose comme ça c’était impossible ; et ça m’a fait beaucoup de stress ça, ça m’a provoqué beaucoup beaucoup de stress l’action administrative dans l’université parce que justement il n’y avait pas de secrétariat et voilà. L’administration française est quand même assez je dirais, assez lourde et du coup voilà il fallait présenter un tas de choses mais tu savais pas à qui, ou à qui demander tel ou tel document, si c’est bien, si c’est mal… Moi j’avais pas reçu ma carte étudiante, j’arrivais pas à payer la formation et j’étais bloquée à ce point-là et il y avait personne pour me répondre et j’ai dû me débrouiller toute seule mais ça ça a été aussi une question très très très difficile.

Et bon ça c’est évident que avec la COVID et toutes les mesures des différents pays pour les étudiants étrangers ça a été difficile aussi de venir en France, d’avoir  le carnet de vaccination, de le faire valider, et après, pour toutes les démarches en ce qui concerne  les tests et le carnet de vaccination et tout ça.

Et oui le transport par exemple moi je vais en vélo, j’utilise le vélo mais en hiver c’est pas possible, il fait beaucoup trop froid et alors les transports c’est extrêmement cher parce que moi je suis une étudiante qui a plus de de 26 ans du coup moi ça me coûte hyper cher les transports. Je sais pas pourquoi ils ont établi cette marge d’ étudiants jusqu’à 25 26 ans je sais pas quoi mais bon ça m’a pas arrangée du tout ça, ce serait par rapport aux difficultés que j’ai trouvé ici à Paris.

Moi : 

Okay, merci beaucoup Daïana pour ta participation !

Résumé des difficultés rencontrées :

-Daïana a eu du mal à comprendre le système pour s’inscrire à une formation, par exemple, elle ne savait pas si elle devait s’inscrire en M1 ou en M2 en fonction des diplômes qu’elle avait déjà et son expérience, il était difficile pour elle de faire le parallèle entre les cours qu’elle avait déjà suivi et ceux proposés par le master.

-Pour elle, au vu de sa formation, la langue n’a pas été un trop gros obstacle mais elle imagine que pour les étudiants pour qui ça n’est pas le cas (qui n’ont pas suivi une formation adéquate), la langue est une barrière importante.

-Il est globalement difficile de trouver un logement sur Paris, mais en plus, en tant qu’étudiant étranger il faut savoir faire les démarches, discerner les arnaques des bonnes offres et savoir utiliser le site du CROUS qui est assez difficile à comprendre selon Daïana.

-Daïana n’a pas rencontré trop de difficultés au niveau des cours, en revanche, elle a souffert de la mauvaise organisation administrative de notre université et de l’absence de secrétariat pour notre master en début d’année. Elle a notamment rencontré des soucis pour s’inscrire, cela lui a généré beaucoup de stress. Pour elle, l’administration française est en général est quelque chose d’assez difficile, surtout pour les étudiants étrangers, car beaucoup de documents sont demandés et il est difficle de savoir où s’orienter. 

-Daïana précise un défi  supplémentaire lié au Covid, il est difficile pour les étudiants étrangers de venir en France, il faut présenter un schéma vaccinal complet et affronter de nouveaux cauchemars administratifs.

-Finalement, le dernier défi pour Daïana concerne les transports, elle se déplace habituellement à vélo, mais en hiver c’est impossible à cause du froid. Seulement, les transports sont beaucoup trop chers pour elle, et elle ne comprend pas pourquoi les tarifs étudiants ne sont plus appliqués au-delà de 26 ans.

Métier d’étudiant : auto-observation 1 et 2

Comme je les avais postées en commentaires je remets mes deux premières observations sous forme d’article :

1 : Le métier d’étudiant c’est devoir travailler en dehors des heures prévues et devoir poster des commentaires sur ce qu’est le métier d’étudiant sur Hypotheses.

2 : Être étudiant, c’est s’inscrire au Buddy System de l’université pour pouvoir rencontrer avec des étudiants étrangers et créer un échange, les étudiants de Paris montrent la ville et le système étudiant parisien aux étudiants étrangers, qui eux, parlent avec les étudiants parisiens en anglais ou autre pour que ces derniers puissent pratiquer la langue voulue. Mais ce n’est pas toujours réussi et même si on s’inscrit en voulant pratiquer le chinois ou l’allemand, on peut tomber sur une étudiante hongroise… L’important reste l’aide que l’on pourra lui apporter !

Métier d’étudiant : auto-observation 9

Être étudiant c’est beaucoup d’organisation de temps mais aussi organiser ses émotions et savoir les contrôle/les mettre de côté au bon moment. Il faut savoir prendre de la distance entre les remarques faites sur son travail et soi-même et ne pas prendre personnellement un échec.
Il faut savoir s’accrocher à ses objectifs même si cela signifie enchaîner les échecs, tant qu’on se relève et qu’on avance vers son objectif. Même si on dit que le voyage est plus important que la destination, ce n’est pas toujours le cas. Même si on apprend de ses erreurs, savoir où on va est essentiel pour avancer.

Métier d’étudiant : auto observation 8

Le métier d’étudiant est une bonne préparation à son futur métier, l’école nous forme dans un domaine mais également pour la vie.

Il faut apprendre à gérer son stress, à s’organiser, à se responsabiliser, apprendre l’assiduité et la ponctualité , apprendre à faire des présentations, à rendre un travail à une autorité supérieure, faire face à une autorité supérieure etc. A la fin de son Master, normalement on est prêt à affronter tous les défis de la vie professionnelle grâce à tous ceux que l’on a traversé pendant nos années d’études.

Métier d’étudiant : auto-observation 4

Le métier d’étudiant est presque un métier à temps plein, la charge mentale qu’il représente ne quitte jamais l’esprit de l’étudiant : est-ce que j’ai bien rendu ce devoir ? Est-ce que j’ai bien rempli cette fiche ou bien l’ai-je envoyé à la bonne adresse mail ? Est-ce que j’aurais le temps de lire les articles pour aujourd’hui dans les transports ?

On peut être en train de faire quelque chose qui n’a aucun rapport avec les études et puis d’un coup avoir une montée de stress à ce sujet à cause d’une pensée aléatoire.

Métier d’étudiant : auto-observation 3

Le métier d’étudiant regroupe beaucoup de domaines, il faut être polyvalent. Savoir organiser son temps, savoir s’investir dans ses cours pour réussir sans délaisser sa vie sociale mais aussi jongler avec son job étudiant à côté. Il faut savoir s’organiser et organiser l’ordre de priorité des actions, si on ne veut pas que nos études ni notre vie sociale n’en souffrent, alors bien souvent c’est notre santé que l’on doit sacrifier. Il faut être chercheur, inventeur, médiateur, rédacteur etc.